Catégories

Le moteur de la Peugeot 204

Le moteur de la Peugeot 204

Publié le : 6 janvier 2022

Le moteur des PEUGEOT 204 et 304

Au début des années soixante, après le lancement de la 404 en 1961 destinée à reprendre la clientèle de la vieillissante 403,  il devenait vital pour Peugeot d’étoffer sa gamme constituée de seulement de ces deux modèles, avec une voiture plus économique, susceptible de générer d‘importants volumes de ventes.

Il fut décidé de créer un modèle dans la catégorie 6cv, capable de concurrencer les Renault 8 et Simca 1000 déjà bien installées sur ce segment du marché automobile. Ce sera la Peugeot 204.

 

Révolution technologique.

La 204 représentera en effet un tournant technologique de première importance dans l’histoire de ce constructeur français. Les solutions techniques conventionnelles  seront écartées et l’architecture choisie sera celle de la traction avant.  Une première chez Peugeot ! (exceptés les utilitaires D3A et D4A conçus par Chenard et Walker). Autre solution moderne, le moteur dénommé XK, sera disposé transversalement selon une solution déjà vue chez BMC avec la Mini et chez Autobianchi avec la Primula. Enfin, la boite de vitesse et le pont seront implantés sous le bloc moteur pour constituer un groupe moto-tracteur très compact, et permettre une habitabilité importante pour cette petite voiture. L'ensemble possède un carter commun et est lubrifié par la même huile. Le train avant sera équipé de freins à disques au lieu de classiques tambours. La ligne de la carrosserie sera quant à elle plus classique avec une structure à trois volumes.

Coté moteur, ce sera une avalanche de solutions techniques modernes. Entièrement en alliage d’aluminium, avec une culasse à  arbre à cames en tête entrainé par chaine, il développera 53 ch avec une cylindrée de  1130 cm³ (6cv fiscaux).

                                                

 

Début de carrière.

Le lancement sera effectué en 1965, avec la présence d’un modèle break dans la gamme.

C’est en 1966, que l’arrière des berlines sera retouché esthétiquement avec de nouveaux pare-chocs et des feux arrières plus gros.

Coupés et Cabriolets

-

                             

 

Les versions coupé et cabriolet seront lancées cette année avec la même mécanique mais avec un empattement réduit. Un break et une fourgonnette seront également proposés mais avec le même empattement que la berline.

En 1967, une version Diesel sera présentée. Ce sera pour l’époque le plus petit moteur Diesel au monde avec sa cylindrée de 1255cm3 (40ch DIN).

En janvier 1968, une modification des coussinets de palier sera effectuée. Le nombre de demi -coussinets à gorge passera de 5 à 7 pour une meilleure lubrification.

 

La consécration commerciale

Les ventes de la Peugeot 204 augmenteront très régulièrement et le succès sera total en 1969 avec la première place sur le marché automobile français ! La 204 restera sur la plus haute marche du podium durant encore  deux années.

En 1969, le succès de la 204 sera tel, que Peugeot lancera la 304 (étudiée quelques années plus tôt). Cette voiture reprend en fait la totalité de la cellule centrale de la 204, mais les parties avant et arrière de la carrosserie sont modifiées pour rendre la voiture plus allongée. Il s’agit d’une opération économique pour créer un modèle de catégorie supérieure. La recette fut copiée sur celle qu’utilisa RENAULT en 1966 pour créer la RENAULT 10 à partir de la RENAULT 8.

 

                                       

     

Pour ce nouveau modèle 304, Peugeot créera une variante moteur dénommée  XL3  avec 1 288 cm3 et 65 ch DIN. Pour la 204, Le moteur sera modifié cette année-là, au niveau de la culasse et de la carburation. Il prendra la dénomination XK4 et développera une puissance de  pour développer 55ch DIN. Des modifications esthétiques seront effectuées dans la l’habitacle au niveau du tableau de bord pour bien différencier la 304 de la 204.

En 1970 les 204 coupés et cabriolets seront remplacés par les 304 coupés et cabriolets. Comme pour la berline, il s’agit d’un tour de passe-passe. Les 304 Coupé sont identiques aux 204 homonymes excepté la face avant (identique aux 304 berlines) et les feux arrières de forme carrée inédite. La commande de la boite de vitesses passera au plancher rendant la position de conduite un peu plus sportive.

En 1971, la 304 break verra le jour. Comme, pour les coupés, il s’agit en fait d’une 204 break équipée de la face avant de la 304. La différence se fera sur le standard de finition, plus élaboré que sur la 204 break. Les 204 berlines bénéficieront des nouveaux aménagements intérieurs de la 304.  

 

Des coupés un peu plus sportifs

Pour l’année 1972, les 304 coupés et cabriolets sont disponibles en version « S ». Le moteur est modifié au niveau de la cylindrée  1288cm3 et de la carburation (1 double corps). C’est le XL3S et il développe 74.5chDIN. Les suspensions sont affermies et des détails de finitions plus sportive  sont adoptés dans l’habitacle : compte tour, appui-tête, et à l’extérieur : calandre noir mat, jantes plus ajourées. La 204 n’aura que peu de changement (calandre noire) et la sortie de la nouvelle 104 fera logiquement chuter les ventes.

C’est en 1973, que les feux arrière de la 204 seront légèrement allongés, de façon presque imperceptible. Le moteur diesel sera étoffé à 1357 cm³ pour sortir 5 ch supplémentaires. C’est surtout la carrosserie de la 304 berline qui changera profondément. En effet, le pavillon sera modifié au niveau de la custode et de la lunette arrière en donnant à la voiture un profil plus carré et plus moderne. Ce changement sera également bénéfique pour l’habitabilité à l’arrière. La 304 S  berline verra le jour cette année- là. Elle sera équipée du même moteur que les versions coupé « S » et aura également le changement de vitesse placé au plancher.

En 1975, les 204 breaks n’auront plus l’exclusivité de la motorisation diesel. Ainsi, les berlines seront donc disponibles en version diesel. Les coupés et cabriolets disparaissent de la gamme, laissant la place aux nouveaux coupés 104 Z. La 304 berline reçoit un accoudoir arrière central. Sur les 204 et 304, la calandre en noir mat est généralisée et les cabochons de clignotant avant deviennent blancs. Pour la 204, la fin est désormais proche, les ventes s’érodent de plus en plus en se répartissant sur celles de la 104 et de la 304.  

Le commencement de la fin

La dernière année de la 204 sera 1976. Le moteur XK4 laissera la place au XK5 (1127cm 3) avec une puissance  de 59ch DIN, et l’habitacle bénéficiera de nouveaux dispositifs de confort pour ralentir la chute des ventes. En juin, les 204 disparaitront de la chaine d’assemblage (Plus d’un million d’exemplaires dont 485 000 breaks.

En 1977, pour palier à la disparition de la 204, des modèles économiques de la 304 sont créés : La 304 break GL (moteur XK5 de 1127 cm3 59 ch DIN), et la version à moteur diesel 1 357 cm3 45 ch DIN. Une version fourgonnette à moteur essence ou diesel est disponible dans la gamme. Les moteurs XL5 et XL5S, sont créés avec une cylindrée de 1 290 cm3 (au lieu de 1288cm3 XL3 et XL3S) mais avec  des puissances identiques de  65 et 74,5 ch DIN  en version « S ». Avec la sortie de la Peugeot 305, les ventes de la 304 s’étioleront inexorablement.

En 1978, toutes les modèles reçoivent des modifications techniques issues de la 305 (qui dérive très étroitement de la 304) : Un nouveau train type McPherson à voie un peu élargie plus quelques modifications esthétiques mineures (suppression des enjoliveurs).

La dernière 304 berline sortira des usines à l’été 1979, et au printemps 1980 pour la break.

 

Les 204 et 304 aujourd’hui

De nombreux collectionneurs en prennent soin et entament des restaurations profondes sur ces modèles. Ce sont surtout les coupés et cabriolets 204 et 304 qui sont les plus appréciés en collection.  N’oubliez pas les berlines et les breaks SVP !

Embiellage Collector propose les coussinets de bielle et de palier en cote STD ou réparation ( 0.30 et 0.50 ), ainsi que les demi-cales latérales

Cyril Southarewsky.